Festival du Court Métrage Méditerranéen de Tanger
   Edito 2011

                                                                 

MEMOIRE 14

        Heureux celui dont la mémoire repose en paix. Que la terre enfante ou n’enfante pas, que les ruisseaux coulent de miel ou de sang, que notre regard s’aveugle ou s’arrête, notre mémoire est longue, puisse-t-elle retrouver la cadence de nos vingt ans.

        Qui rançonnera cette légende de pacotilles où des jeunes filles perdaient leur chevelure dans les fontaines magiques ? Qui rançonnera les matins légendaires où le ciel s’ouvrait par le ventre sur des cavaliers blancs ?

        Année de la gazelle, année des sauterelles, année du sabre et du canon, année de la bonne saison, notre sang garde la saveur de la légende…

        Voici les lieux, voici les hommes, voici le chant. Elargissez le cercle – que Dieu élargisse vos tombes-que bénis soient le poète et le conteur, que notre chant soit digne de ceux qui nous écoutent…           
      
Ahmed Bouanani, 1969