Festival National du Film
   13ème édition - Tanger 2012
    Edito


      Le cinéma, comme la musique, renferme la perception immédiate de l’âme par elle-même. Comme la poésie, il se développe dans le champ de l’imaginaire. Mais plus que la poésie, plus que la peinture et la sculpture, il opère par et à travers un monde d’objets dotés de la détermination pratique, et expose narrativement un enchaînement d’événements… Le concept lui manque, mais il le produit, et par là, s’il ne les exprime pas toutes – du moins peut-être pas encore - il fermente de toutes les virtualités de l’esprit humain.

Edgar Morin

[Le cinéma ou l’homme imaginaire.p204
Editions de Minuit 1956]